Notre Pierre de Rosette pour décrypter MDM, EMM et UEM

Notre Pierre de Rosette pour décrypter
MDM, EMM et UEM

De nouveaux acronymes apparaissent chaque année (ou presque !) pour parler de la gestion d’appareils mobiles en entreprise. De “MDM” à “UEM” en passant par “EMM”, pas toujours évident de s’y retrouver face à ces appellations, évoquant des termes anglophones. En plus, elles évoluent rapidement pour s’adapter au mieux à la transformation des usages auxquels elles font référence. En tant qu’expert du domaine, Adjungo propose sa Pierre de Rosette pour décrypter ce jargon si particulier.

Du Mobile Device Management (MDM) à l’Entreprise Mobility Management (EMM)

Pour se remettre dans le contexte, le terme “Mobile Device Management” (“MDM”, ou “gestion de terminaux mobiles” en français) apparaît il y a une dizaine d’années, en 2007, en même temps que naissent iOS et Android. MDM désigne les logiciels spécialisés dans la gestion de flottes d’appareils mobiles(smartphones, tablettes…). Le fait que cet acronyme mette en avant le “device” est révélateur : avec les premiers terminaux iOS et Android, l’élément central pour l’entreprise est alors la configuration du mobile lui-même, quel qu’il soit.

Durant la même période, d’autres termes émergent : “MAM” pour “Mobile Application Management”, “MCM” pour “Mobile Content Management”… Des acronymes proches, incluant pratiquement les mêmes notions et créant de fait une véritable cacophonie ! Leur principale différence réside dans les éléments gérés sur les terminaux: tantôt on se focalise sur les applications installées dessus, tantôt sur leur contenu.

Dès 2014, les consultants commencent à employer l’acronyme “EMM” (Enterprise Mobile Management) pour désigner la gestion des terminaux car ils estiment que la mobilité en entreprise concerne l’ensemble des services qui sont ouverts aux utilisateurs nomades. Ces services exigent généralement une connexion au système d’information de l’entreprise. L’administration des mobiles ne doit donc plus être centrée seulement sur les terminaux, elle englobe des aspects bien plus étendus : droits d’accès au SI, sécurité des données, disponibilité, conformité… 

L’apparition de l’Unified Endpoint Management (UEM)

Depuis 2018, des cabinets américains comme Gartner ou Forrester font émerger l’appellation “Unified Endpoint Management” (UEM). L’expression est parlante : elle évoque clairement la volonté d’unifier la gestion de tous les appareils qui permettent aux utilisateurs d’accéder au système d’informations. Autrement dit, il ne s’agit plus d’administrer de façon cloisonnée chaque OS, mais de regrouper l’ensemble des appareils du poste de travail dans une gestion centralisée (iOS et Android bien entendu, mais aussi Windows10, MacOS, ChromeOS…). La mobilité n’est plus approchée comme un silo : les PC, qu’ils soient fixes ou nomades, les Chromebooks, etc. peuvent désormais s’administrer comme des smartphones et des tablettes, depuis la même console. L’administration UEM vise aussi à intégrer la gestion des identités et des accès, en englobant les services Cloud. Adjungo définit aujourd’hui l’UEM comme une approche pour contrôler et sécuriser l’ensemble des PC, des smartphones et des tablettes de l’entreprise, de façon homogène et à distance, depuis une console unique.

Cette harmonisation tombe sous le sens lorsqu’on observe l’évolution des attentes des utilisateurs aujourd’hui : porosité entre usages professionnels et personnels, situations fréquentes de mobilité ou travail multi-supports, exécution des mêmes tâches sur différents écrans (tablette, smartphone, PC…).

De son côté, Adjungo a su s’adapter à toutes ces évolutions depuis le temps (déjà ancien) du MDM pour accompagner et simplifier la transition de nos clients vers des services mobiles toujours plus innovants et performants.

Que vous cherchiez une expertise MDM, EMM ou UEM, parlez-nous de votre projet, nous saurons vous aider !

Tous les articles

RESTEZ INFORMÉ